LE PROJET BICLOU

Création mise en scène par Nicolas Ramond
Théâtre - Création 2023

"La bicyclette n'est sortie ni du cerveau d'un savant ingénieur ni de la planche à dessin d'un génial concepteur. Elle est une somme de trouvailles et de bricolages apportés par des artisans ingénieux. Le miracle est qu'une telle somme ait produit un engin d'une telle simplicité."

Jean Bobet

 

"biclou (mot-valise) c'est une bicyclette qui ne vaut pas un clou."

Personne

Le "Biclou" ? 

Le fil conducteur du projet BICLOU c'est le vélo. 

Le vélo comme objet de rencontre, comme outil moyen de déplacement, comme outil d'épanouissement, de liberté, de découverte, de voyage et de travail.

Le projet BICLOU c'est un spectacle mais c'est aussi un atelier de réparation ambulant et la volonté de tourner le spectacle en vélo.

Le spectacle LE BICLOU

Au départ il y a la célèbre photo de Robert Doisneau : Jacques Tati debout au milieu d'un plateau jonché des morceaux de son vélo. 

Le personnage nous regarde avec les yeux grands ouverts l'air de dire :  

"Je ne comprends pas ce qui se passe, j'ai crevé et mon biclou c'est effondré."

                                 

Imaginons cette situation sur un plateau de théâtre ou sur une place publique. 

Un personnage arrive dans l'espace de jeu et découvre son vélo en mille morceaux. Après avoir cherché le coupable du regard dans le public, il doit se rendre à l'évidence, il va devoir remonter son vélo lui-même et comme il est bavard et qu'il en connait un rayon en matière de petite reine, il va nous initier à l'art de la réparation. 

 

Les spectatrices et spectateurs apprendront ainsi que chaque pièce d'un vélo est indispensable : chambre à air, cadre, dérailleur, chaine, freins, roulement à bille, pneu, fourche, moyeu, rayons, cassette, pédalier...

Chaque pièce de vélo est beaucoup plus que du métal ou du plastique :

Un dérailleur par exemple permet de faire dérailler la chaine sans qu'elle ne déraille, le dérailleur c'est le déraillement maitrisé. 

La chambre à air, comme son nom ne l'indique pas, n'est pas une chambre.

La chaine n'enchaine pas, elle transmet, elle transforme l'énergie physique en énergie motrice.

Le cadre est le support de tout, sans le cadre pas de vélo, sans le cadre rien ne tient.

La cassette ce n'est pas le support de bande magnétique que certains d'entre nous ont bien connu. La cassette c'est un peu la boite à vitesse de votre vélo. C'est une succession graduelle de pignons avec des dents qui ne mordent pas.

Un pignon n'a rien à voir avec la graine de la pomme de pin, deux pignons non plus d'ailleurs.

Le cintre n'est pas un porte manteau mobile pourvu d'un crochet. Le cintre c'est le guidon et sans guidon pas de direction...

 

En parallèle de la reconstruction d'un vélo en direct, il sera question de l'histoire sociale et politique du vélo et du rapport entre le travail intellectuel et le travail manuel. Les systèmes communiste et capitaliste ont tout mis en œuvre pour les séparer (le travail intellectuel et le travail manuel) afin de rentabiliser et d'augmenter les profits. Le taylorisme aux État Unis a été le point de départ de la mise en pièces du travail manuel. Des ouvriers qui construisaient des bicyclettes de A à Z dans une multitude d'usines se sont retrouvés sur des chaines de montage, à exécuter des tâches répétitives pour construire... des voitures. Charlot dans "Les temps modernes" dénonce très adroitement la soumission de l'ouvrier à la machine.

 

Il sera aussi question de Manufrance (Saint-Etienne) qui a beaucoup compté dans la diffusion à grande échelle de la bicyclette. Manufrance qui construisait des fusils a diversifié son offre avec la bicyclette et en deviendra le leader pendant plusieurs décennies.

Un atelier de réparation ambulant

En plus d'un spectacle nous proposerons un atelier de réparation ouvert à toutes et tous. Cet atelier pourra se tenir la veille ou le jour de la représentation.

L'atelier de réparation permet à n'importe qui de venir réparer son vélo en étant conseillé par un professionnel. Réparer soit même son vélo c'est une manière de lutter contre les idées reçues : "Je suis nul en bricolage", "j'ai peur de faire des erreurs", "c'est trop compliqué", "j'ai pas les outils"...

Réparer son vélo c'est aussi prendre du temps pour soi avec les autres dans une activité concrète et utile.

Réparer son vélo c'est s'approprier et comprendre cet objet simple et ludique qui nous permet de gagner beaucoup de temps dans nos déplacements quotidiens en subissant moins de stress et sans polluer.

 

Tournée en vélo dès que cela sera possible.

Nous souhaitons que ce spectacle tourne en vélo pour valoriser le temps du voyage.

Nous tournerons au moins à deux vélos, avec remorques, et notre passage ne passera pas inaperçu. Notre caravane sera un outil de rencontre avec les gens. 

Comme cela se pratique dans le milieu de la musique, si nous avons une date à Roanne nous contacterons des lieux susceptibles de nous accueillir entre Roanne et Lyon et nous cheminerons ainsi de date à date. 

Nous souhaitons mettre en pratique d'autres manières de faire nos métiers. 

Tourner en vélo c'est une manière de renouer avec le cirque traditionnel ou le théâtre de Molière quand les troupes tournaient au rythme des chevaux. 

Il ne s'agit pas de revenir à l'âge de pierre mais de vivre différemment la temporalité de la tournée de nos spectacles. Décélérer et par la même, créer des espaces de rencontres en chemin, via le vélo ! 

Aujourd'hui les spectacles tournent moins parce qu'il y a saturation "nous dit-on". Nous pensons que beaucoup de territoires sont des déserts culturels et manquent de propositions de spectacle. 

Avec le projet BICLOU, nous réduirons le bilan carbone de notre spectacle.

 

 

Démarche de création.

Devenir Mécanicien cycle. 

Même si je répare des vélos depuis longtemps, je commence cet automne 2021 une formation de "mécanicien cycle" pour aller plus loin dans la connaissance de ce métier manuel que l'on dit « en tension. » Cette immersion dans le monde de la formation des "réparateurs de vélo" sera l'un des supports pour l'écriture du spectacle. Je tiendrai un journal de bord tout au long de cette période. Pendant trois mois je vais vivre avec un groupe de chômeurs chômeuses de longue durée en réinsertion. Nous travaillerons ensemble 35 heures par semaine en atelier. Nous ferons également quatre semaines de stage en entreprise.

Cette formation / immersion sera donc un mur porteur du projet, elle réunit elle aussi les objectifs que nous désirons mettre en œuvre pour la création du projet BICLOU : aller vers d’autres, se donner le temps de la rencontre et reconnecter travail intellectuel et manuel.